L’argent colloïdal est connu pour ses vertus thérapeutiques proches des antibiotiques. Par définition le colloïde est une solution dans laquelle des particules se trouvent suspendues dans un fluide dans lequel il forme une dispersion homogène de particules dont les dimensions vont du nanomètre au micromètre (comme le lait par exemple). Dans le cas d’une solution d’argent colloïdal, les particules d’argent sont en suspension dans une eau distillée et ont la taille d’une nanoparticule, soit entre 4 et 10 nanomètres. L’enzyme présent dans la solution agit localement contre les bactéries. Chaque virus, bactérie, champignon serait sensible à ce colloïde. Dans le cas de préparations pharmaceutiques, le colloïde est connu sous sa forme liquide, buvable.

L’argent colloïdal en solution buvable se prend au cours de maladies telles que les maladies parasitaires (paludisme, malaria, maladie de lyme), l’herpes, les différentes formes de fatigues (chroniques, printanière), le zona (dermatos viral du même virus que la varicelle). En application cutanée il peut avoir un effet sur l’acné, les verrues, les plaies, les mycoses etc.

L’argent colloïdal se fabrique à partir d’un appareil appelé générateur d’argent colloïdal. Il est possible de se procurer un tel appareil afin de fabriquer son propre argent colloïdal chez soi, ce qui induit un avantage économique certain, de plus cela permet de gérer les dosages (avec précaution) afin de s’assurer de la pureté de la solution.

Il reste important de choisir un générateur d’argent colloïdal de haute qualité et de respecter les dosages. Il existe en France des générateurs de haute qualité permettant d’obtenir une solution jusqu’à 30ppm, sachant que la concentration optimale d’une solution d’argent colloïdal se situe entre 5 et 25ppm, (voir notre article à ce sujet). Il devient donc possible de fabriquer facilement à domicile environ un litre d’argent colloïdal en seulement trois heures de temps.

Certains générateurs d’argent colloïdal sont également garantie un ou deux ans.
Il s’agit donc d’un petit investissement sûr et contrôlé qui, rappelons-le, présente le double avantage d’être d’une part plus économique (notamment compte tenu des frais d’expédition) et plus précis sur la qualité de l’argent colloïdal fabriqué, les dosages étant prescrits par soi-même.

Nous proposons maintenant à la vente sur ce site un petit générateur d’argent colloïdal permettant d’obtenir une concentration en argent de 0,15 mg par minute et par litre, et pouvant traiter jusqu’à 10 litres d’eau.

 

L’argent colloïdale, comment est-il fabriqué ?

Remède miraculeux et antibiotique naturel, comment l’argent colloïdal est-il fabriqué ?

Diverses méthodes étaient utilisées autrefois pour la fabrication de colloïdes. En ce qui concerne l’argent colloïdal, trois méthodes furent employées :

  • La méthode du broyage mécanique utilisée au début du siècle dernier produisait de très grosses particules (de l’ordre de 100 microns), cette méthode a été abandonnée.
  • La méthode chimique améliorait l’efficacité de la solution grâce au fait qu’elle permettait de produire des particules moins grosses, mais avait un inconvénient, celui de former un colloïde par précipitation chimique en ajoutant un réducteur (généralement un acide fort) à un sel d’argent (généralement du nitrate d’argent) et donc une solution toxique.
  • La méthode électrique, dite aussi « électrocolloïdale » est celle qui devait prévaloir. C’est la méthode la plus simple et la plus sûre.

 

Cette méthode de production, électrocolloïdale, de l’argent colloïdal se fait par électrolyse. C’est une réaction chimique qui se produit grâce à une activation électrique entre une eau ultra pure et des électrodes en argent pur à 99.99 %. Le courant électrique peut être alternatif à haute tension ou continue en basse tension. Techniquement la méthode de l’électrolyse arrache des ions d’argent à l’électrode positive. Les ions positifs ainsi séparés sont attirés par la cathode (électrode négative), entre les deux électrodes les ions se déplacent lentement dans la solution (eau). Dans l’idéal les ions ne doivent pas se déposer sur la cathode, on obtient ainsi des particules extrêmement fines en suspension de la taille du nanomètre.

La qualité de l’eau servant à la fabrication d’un argent colloïdal doit être de très haute qualité,elle est distillée plusieurs fois ou voir dés-ionisée. La réaction physico-chimique qui se produit pendant l’électrolyse réclame une eau exempte de conductivité électrique et de fragments dissouts ; une eau de mauvaise qualité produirait des sels d’argents nocifs pour la santé.

Il existe plusieurs variantes de la méthode électrique :

  • Le procédé haute tension courant alternatif (sigle anglais HVAC :High Voltage Alternatif Current) permet de faire passer 170 volts au niveau des électrodes. La solution ainsi obtenue contient environ 80 % d’ions argent et 20 % de particules d’argent métallique.
  • Le procédé basse tension courant continu (sigle anglais LVDC : LowVoltage Direct Current) utilise des voltages généralement compris entre 10 et 60 volts, La solution ainsi obtenue contient environ 90 % d’ions argent et 10 % de particules d’argent métallique.

Le procédé LVDC est le procédé le plus utilisé. Le voltage circulant entre les électrodes se situe entre 10 et 60 volts. Les appareils utilisés dans ce procédé équilibrent les caractéristiques du courant (voltage, ampérage, wattage) grâce à des circuits électroniques spéciaux qui circulent en continu. Pour éviter l’encrassement de la cathode, les modèles sont munis d’un système de renversement de polarité ; ainsi, les électrodes sont autonettoyantes. L’argent colloïdal obtenu avec cette technologie est de haute qualité. La solution idéale est composée d’environ 15 PPM  d’argent sous forme ionique.